Festival du Film Merveilleux – Compte rendu troisième jour

30 Juin

Et on continue ! Après le jour un et le jour deux, place à mon avis sur les huit derniers films projetés au Théâtre Douze hier soir.

Mec Meufs de Liam Engle – 2013 – 13 minutes – Affreux, Sales et Méchants

Mecs Meufs

Bob en est convaincu : dans les rapports de drague, les femmes sont le sexe fort. Mais que se passerait-il si les rôles étaient inversés…?

Pour être honnête, j’avais un peu peur que le Liam Engle du Portail n’ait laissé place à celui de Lose Actually. Non pas que ce dernier court-métrage fut honteux, au contraire, mais son (co)réalisateur avait mis de côté de son œil de cinéaste qui manque cruellement dans le monde du court-métrage. Heureusement, tous mes doutes se sont envolés dès la première image. Alors oui ça tchatche, même beaucoup, mais en plus d’être très drôle c’est surtout formidablement bien filmé. Ça peut vous paraître bête comme ça, mais son film est tellement agréable sur la forme qu’on s’intéresse encore plus facilement au fond, qui ne démérite pas. L’œil de Liam couplé au talent de son chef op Xavier Dolléans, c’est une recette qui cartonne. Le scénario en lui-même est plutôt habile, juste et grisant. En témoigne un public particulièrement enthousiaste et réactif. Ça s’enchaîne sans temps mort jusqu’à se permettre une scène particulièrement osée pour ne pas dire glauque ; heureusement bien dosée avant une conclusion jubilatoire. C’est superbement exécuté et même plutôt malin, puisque sous de faux airs macho (les propos – fondés – du sympathique Bob), le film est au final dédié aux filles, ces victimes de la drague lourdingue. Donc un film beau et fun, une situation farfelue et finalement une analyse du comportement homme/femme. J’ai envie de dire chapeau. Le film est, ce qui manque de plus en plus dans le format court, pensé pour s’amuser et faire plaisir au public. En témoigne la généreuse chorégraphie du générique (jamais vu dans un film court il me semble). Mon chouchou du festival !

J’avais déjà présenté Mecs Meufs lors de sa campagne de crowdfunding sur Ulule. On retrouve les équipes habituelles d’AS&M (Xavier Dolléans à la photo, David Hourrègue en assistant mise en scène, Bulle Tronel à la déco) et Liam se fait même plaisir en s’offrant un rôle assez tordant, n’hésitant pas à se « malmener » pour le plan de fin juste sublime.
Suite à quelques conversations avec Liam et l’interprète de la charmante Bulle (Laure Maloisel), je suis allé retrouver le scénario disponible sur le web (Liam, enlève le !) pour jouer au jeux des comparaisons. Si la première partie est étonnamment fidèle en terme de situation et de dialogue, il y a eu pas mal d’ajustements concernant le dernier acte. Surtout pour la scène choc du film. Des changements à mon avis salutaires, le film trouvant un juste équilibre et donnant un peu de consistance à d’autres personnages. Dans la plus pur tradition cannoise (cherchez l’erreur), Liam a présenté une copie non finalisée de Mecs Meufs, le film nécessitant encore quelques ajustements sur le son (le mixage final n’est pas encore fait). Mais franchement, en l’état, son film enterre sans problème nombre de « concurrents » avec un budget souvent supérieur.

Page Facebook du film (mention spéciale au logo)

Page Ulule

Les films de Liam 

La Ville est Calme de Alexandre Labarussiat – 2012 – 19 minutes – Affreux, Sales et Méchants

La ville est calme

Marcher dans l’obscurité nocturne de la ville, ressentir son atmosphère, traverser des rues désertes et silencieuses, c’est ce que Wolfgang aime le plus au monde. Au cours de ses années de promenades, Wolfgang n’a rencontré que Martha, une vieille femme devenue amie et qu’il passe chaque soir saluer. La Ville est toujours peuplée mais plus personne ne sort et les habitants sont devenus pour Wolfgang de pâles lueurs fantomatiques qui se découpent parfois à la lueur de leurs écrans en fonctionnement.Une nuit, au cours d’une de ses promenades solitaires, Wolfgang remarque, derrière la fenêtre d’un appartement, la silhouette d’une petite fille qui l’observe…

Deuxième film produit par AS&M de la soirée, deuxième occasion pour moi de voir le film d’Alexandre. J’étais longuement revenu sur cette adaptation de L’Arriéré de Ray Bradbury en août dernier. En relisant mes propos de l’époque je suis toujours d’accord avec moi-même (quelle orgueil constance). J’ajouterais juste une chose. Qu’on adhère, ou non, aux partis pris de son réalisateur, nous sommes clairement devant un objet très réfléchi qui a connu une longue période de maturation. Il y a vraiment de la réflexion et du travail derrière ce film, à l’époque le plus ambitieux d’AS&M (depuis il y a eu la futur bombe – espérons – Rien ne peut t’arrêter).

Page Facebook du film

Mon billet détaillé 

Je suis un clochard des temps modernes de Jérôme Genevray – 2013 – 3 minutes

Clochard

Un S.D.F. voit la vie un peu moins en noir et blanc, en étant fan de Charlot. Et si les passants avaient le même regard affectueux qu’ils ont sur le héros des films de Chaplin sur les sans-domiciles ?

Essai plutôt rigolo, extrêmement court, sur deux sans abris. Un hommage sympathique à Charlot avec un décalage anachronique amusant. Le tout filmé avec un reflex sur une journée dans la capitale. Le film a été réalisé pour un concours organisé chaque année par Nikon.

Jérôme Génévray est un auteur-réalisateur prolifique et plus ou moins connu dans le secteur, amateur de la méthode Guérilla (il y a même consacré un ouvrage). Par ailleurs il donne des cours de cinéma aux comédiens, travaille à la flambante neuve Ecole de la Cité (Cité du Cinéma) et prépare un long produit par UGC ; oui, j’ai des actions chez Google.

Site du réalisateur

Cours de coaching

Site du concours

Mort d’une ombre de Tom Van Avermaet – 2012 – 20 minutes – Serendipity Films

Mort d'une ombre

Nathan est mort. Son ombre est prisonnière d’un étrange collectionneur qui lui a donné une seconde chance : sa vie contre 10 000 ombres capturées. C’est l’amour qui le guide, car son but est de revoir la femme dont il est tombé amoureux. Nathan a déjà capturé 9999 ombres…

J’attendais tellement de découvrir ce film, qu’à l’arrivée j’ai probablement été un peu déçu. Mais attention, il s’agit quand même d’un très bon film, qui fait parti de ces rares courts-métrages qui survivront aux outrages du temps. Une œuvre à part partie pour durer.
Je pense que tout le monde sera d’accord sur la beauté formelle de l’ensemble : cadres, lumière, décoration. C’est d’une maîtrise impeccable avec des moyens dont certains metteurs en scène n’osent même pas rêver. La forme est d’autant plus importante qu’elle est liée à une histoire fantastique originale, où les ombres ont évidemment une grande importance. La structure est solide, la fin irréprochable. Et pourtant, je n’arrête pas de me dire qu’il m’a manqué un petit quelque chose, peut-être de l’empathie. À moins que ce soit mon sang wallon qui remonte, le film étant flamand d’origine… Mais un des moments forts de la programmation, indéniablement.

La mort d’une ombre se coltine une réputation élogieuse, Prix du court-métrage à Gerardmer et nommé aux Oscars cette année. Le film a été tourné en région Champagne-Ardenne, vous pouvez reconnaître Matthias Schoenarts (De Rouille et d’Os, Bullhead) dans le rôle de Nathan.

Page Facebook

Hsu Ji derrière l’écran de Thomas Rio – 2012 – 25 minutes – Easy Tiger

Hsu Ji

Seule Hsu Ji trompe son ennui devant un vœux film burlesque jusqu’à ce que trois personnages du film se retrouve dans le monde réel. Tant de choses les rapprochent de Hsu Ji, et pour commencer eux non plus n’ont pas de papier.

En toute franchise, il m’a fallu un peu de temps pour rentrer dans le film de Thomas. Un temps sans doute nécessaire avant le changement de point de vue important du film. Au départ l’auteur nous expose la situation, une famille chinoise issue de l’immigration, avant de s’intéresser à la perception de son monde par la petite fille. Les figures farfelues de ses cahiers s’échappent dans la réalité, de même que les personnages d’un petit film burlesque en noir et blanc. Un lien intime avec le cinéma et l’occasion d’éviter le pompeux avec un bel objet qui se sert de l’onirisme et du septième art pour compter une histoire tragique. La fin étant aussi touchante qu’inacceptable. Le festival est celui du film Merveilleux et Imaginaire ; pour le coup nous sommes en plein dedans.

Petite surprise au générique : « Stéréographie par Binocle ». Le film de Thomas a été tourné en 3D stéréoscopique et doit proposer une expérience très intéressante dans ce format. Je reviendrai donc plus tard sur Hsu Ji, si l’occasion de le voir en relief se présente.

Premier automne de Aude Danset et Carlos de Carvalho – 13 minutes – Je Regarde

Premier Automne

Abel vit dans l’hiver, Apolline vit dans l’été. Isolés dans leurs « natures », ils ne se sont jamais rencontrés. Ils ne sont d’ailleurs pas supposés se croiser. Alors, quand Abel franchit la limite et rencontre Apolline, la curiosité prend le dessus. Leur découverte devient pourtant rapidement plus compliquée qu’ils ne l’auraient cru. Tous deux vont devoir apprendre le compromis pour le bien de l’autre…

De loin, un des meilleurs film d’animation du festival. Un petit quart-d’heure de poésie sans dialogue, le tout servi par un esthétisme et une animation impeccable. J’y ai trouvé un petit côté Miyasaki européen, ce qui est loin d’être une mauvaise chose. Contrairement à d’autres courts -ou longs – d’animation j’ai été plutôt touché (en même temps avec des chiots et des enfants…). Premier Automne dégageait vraiment une émotion qui manquait à d’autres. Pour le sous-texte, j’y ai vu un rapport à la première confrontation avec la mort, part intégrante de la vie. Bonne nouvelle, le film est visible sur vimeo.

Page Facebook

Zombie chéri de Jérôme Genevray – 2012 – 10 minutes – Fullhouse et Canal Plus

Zombie Chéri

Paris est peuplé de Zombies. Les derniers humains s’organisent pour survivre dans cette civilisation dangereuse et intolérante. Aurore tente de vivre en couple mixte une belle histoire romantique.

Deuxième film projeté ce soir du réalisateur Jérôme Genevray, Zombie Chéri est aux antipodes du Clochard des Temps Modernes, issu cette fois d’une collection Canal Plus (« écrire pour »). Il s’agit par contre toujours d’une histoire d’amour, les zombies servant de toile de fond. L’occasion de retrouver la pianiste du Audiard dans De Battre Mon Cœur s’est Arrêté et du super Pio Marmai, grimé en bouffeur de cervelle. Les situations fonctionnent plutôt bien (leçons de zombie, mort-vivant à vélib) même si le film aurait sans doute pu se passer de voix off. Ah, et c’est filmé en super 16 (comme quoi, ça se fait encore). Pas mal.

Voir le film dans son intégralité

Site du film

Reflexion de Planktoon et Yoshimichi Tamura – 2012 – 4 minutes – Planktoon

Reflexion

Louise rentre en toute hâte à son appartement pour se préparer à son rendez vous galant. Extrêmement attachée à son apparence, elle se retrouve confrontée a son propre reflet dans le miroir…

Alors on va faire très court, c’est fun, envolé et malin. Dans la tradition des meilleurs courts d’animation Disney. Visible sur vimeo !

Compte-rendu deuxième jour

Compte-rendu premier jour

Le site officiel du festival

La page Facebook

Publicités

2 Réponses to “Festival du Film Merveilleux – Compte rendu troisième jour”

  1. Niclay 25 juillet 2013 à 2 h 11 min #

    Thanks for your write-up. What I want to comment on is that when you are evlauating a good on the internet electronics go shopping, look for a internet site with entire information on key elements such as the security statement, safety measures details, payment methods, as well as other terms as well as policies. Often take time to look at help plus FAQ pieces to get a better idea of how a shop functions, what they can do for you, and in what way you can make the most of the features.

  2. auto insurance 13 mars 2015 à 20 h 53 min #

    I can’t hear anything over the sound of how awesome this article is.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :