Tag Archives: canon

« Max is Back » de Richard Crudo

5 Nov

Avant-dernier court réalisé avec le Canon Cinema C300, « Max is Back » est écrit, réalisé et éclairé par Richard Crudo. On ne s’attardera pas trop sur son passé de chef opérateur le bonhomme ayant signé la photo de films comme « American Pie », « Les Pieds sur Terre » ou « Les Années Lycées ». En fait on ne s’attardera pas plus sur sa carrière de metteur en scène qui compte juste « Against the Dark », nanar abyssale mettant en scène Steven Seagal contre des vampires. Chez Canon on l’aime bien Steven puisque Richard Crudo est le deuxième réalisateur choisi par la marque pour promouvoir leur caméra cinéma ayant bossé avec le vétéran des Direct To Video. Mais rassurez-vous, « Max is Back est loin d’être une catastrophe comme « Sword » réalisé par son confrère. Si le scénario est plutôt classique, l’objet se laisse regarder sans problème. En fait ce n’est pas vraiment le film puisqu’il s’agit d’extraits (d’où le montage elliptique), le film sera disponible intégralement plus tard. Les acteurs ont de bonnes gueules (Richard Portnow y joue avec des ersatz de De Niro, Jon Voight et Emile Hirsch) et l’image poutre pas mal. Pour un peu on penserait à de la pellicule !

Synopsis : Un homme qui vient de perdre sa femme et son travail décide de Lire la suite

« Sword » de Félix Alcalá et Larry Carroll

4 Nov

Après « Mobius » de Vincent Laforet, voici un second court-métrage accompagnant l’annonce de la caméra EOS C300. Preuve qu’il ne suffit pas d’une bonne caméra pour faire un bon film, « Sword » est inintéressant au possible et la direction artistique carrément moche. Le rendu fait très vidéo et donne l’impression d’avoir été filmé avec un reflex ou une caméra HD semi pro. Bon je suis sévère mais quand même, c’est vraiment pas folichon.

Le réalisateur Félix (Enriquez) Alcalá est un vétéran de la série télé US qui a tout de même commis Lire la suite

« Mobius » de Vincent Laforet

4 Nov

À partir de janvier les cinéastes pourront mettre de côté ou me donner leur 5D et tourner avec la nouvelle caméra cinéma EOS de Canon. La preuve par quatre avec une série de courts-métrages tournés avec des prototypes pour promouvoir l’EOS C300.

On commence avec un court-métrage signé Vincent Laforet. Photographe aussi renommé que talentueux, Vincent a fait le buzz il y a trois ans avec le très plastique « Reverie » qui laissait entrevoir au commun des mortels les possibilités vidéos offertes par le 5D Mark II. Depuis de l’eau a coulé sous les ponts et monsieur Laforet nous prouve qu’il est aussi réalisateur avec son nouveau court. Bien loin des folies esthétiques de ses précédents travaux, « Mobius » dispose d’un Lire la suite

Canon se lance dans le cinéma

4 Nov

Canon promettait une annonce historique pour le 3 novembre en direct d’Hollywood. Si le terme historique semble un brin excessif, il est clair que c’est le début d’une nouvelle aventure pour la firme nippone. Pas de successeur pour le 5D Mark II (quoique, un reflex faisant de la vidéo 4k sera bientôt annoncé) mais deux caméras cinéma qui confirment les Lire la suite

Finale parisienne du 48 Hour Film Project

19 Oct

MAJ : Ajout de huit films.

Ceux qui me connaissent le savent, les festivals de films écrits/tournés/montés en 48h, c’est loin d’être ma tasse. C’est pourquoi j’y suis allé un peu à reculons mais qu’importe, on ne décline pas une invitation surtout s’il y a un cocktail et Arnaud Tsamère . Et au final j’ai passé une très bonne soirée pleine d’enthousiasme et puis cet article me permet d’inaugurer une rubrique Festivals.

Petit rappel à propos du 48h Film Project : près de 80 villes à travers cinq continents invitent plusieurs équipes à réaliser des films dans un temps record. Un marathon impressionnant qui a donné naissance à 3000 courts-métrages réalisés par plus de 40 000 personnes en 2009. On peut le dire, c’est énorme. Pour en revenir à l’édition parisienne, j’ai eu l’occasion de visionner les douze films finalistes avant-hier soir (108 films de prévus, 80 donnés dans les temps, 12 retenus pour concourir au grand prix après 7h de délibérations). Comme d’habitude dans ce genre de manifestation nous avons droit à certains clichés éculés, un côté film d’étudiant redondant (la sempiternelle mise en abîme de l’équipe qui cherche un sujet pour le concours), mais surtout beaucoup de très bonnes surprises et une folle envie de création communicative. Et franchement certains films méritent largement d’exister en tant que court-métrage en dehors de cette compétition. Après c’est sûr, quand on y regarde de plus près certaines équipes sont des vétérans du 48h, habitués aux prix et épaulés par des prestataires connus. Qu’importe, je suis là pour vous parler des films et du palmarès. Mais avant une rapide présentation du jury : Lire la suite